ZHU DE

ZHU DE
ZHU DE

ZHU DE [TCHOU TÖ] (1886-1976)

Né à Dawan (Sichuan), mais d’origine cantonaise, Zhu De fait des études classiques et, après l’abrogation du système traditionnel des examens, fréquente l’école moderne de Nanchang puis entre en 1909 à l’académie militaire du Yunnan; il est, en 1911, l’un des premiers lieutenants diplômés de l’ «armée étrangère» formée sur les modèles européens. Membre d’organisations progressistes (Tongmenghui de Sun Yat-sen, Gelaohui, influente dans l’armée), il rejoint les républicains et soulève ses troupes contre l’autorité mandchoue. Entré au Guomindang en 1912, il se rebelle contre la restauration monarchique de Yuan Shikai (1915) puis, chef de garnison au Sichuan et commissaire provincial aux finances, il vit en satrape semi-indépendant et en aventurier enrichi par le trafic d’opium. Ce potentat jouisseur est pourtant animé d’un vague idéalisme politique aiguisé par ses lectures et les contacts qu’il entretient avec des étudiants revenus de l’étranger. Brusquement, à trente-cinq ans, abandonnant prébendes, concubines et opiomanie, il se rend en 1921 à Shanghai où il rencontre des révolutionnaires du Guomindang, puis s’embarque pour l’Allemagne. À Hanovre, il fréquente le groupe d’étudiants communistes formés par Zhou Enlai qui l’initient au marxisme-léninisme; l’année 1922 marque son adhésion à la section d’Allemagne du Parti communiste chinois (P.C.C.); il étudie quelque temps à Paris. Sans doute expulsé d’Allemagne, il rentre en Chine en 1925 et offre sa fortune au P.C.C. dont il devient membre.

Menacé par le Guomindang qui purge l’armée des éléments communistes, Zhu De le quitte après avoir fui au Jiangxi et participe à l’insurrection de Nanchang (1er août 1927) qui marquera la naissance des premiers éléments de l’Armée rouge; en agissant ainsi, il dévoile son appartenance au P.C.C. tenue secrète jusqu’alors. Mais cette victoire à la Pyrrhus l’oblige à fuir auprès d’officiers progressistes (Fan Shisheng) puis dans les maquis des monts Jinggang. En avril 1928, Zhu De rencontre Mao Zedong. D’un commun accord, ils unissent les forces dont ils disposent, fondant la nouvelle IVe armée (en hommage à la IVe armée nationaliste insurgée à Nanchang) que Zhu De commande et dont Mao Zedong est le commissaire politique. Les groupes armés de communistes chinois résistent aux forces du Guomindang jusqu’au moment où, obéissant aux directives de Li Lisan, les communistes usent leurs forces dans des insurrections urbaines au cœur des grandes cités de Chine centrale. En novembre 1931, la conférence de Ruijin rejette la ligne Li Lisan et assure la suprématie de Zhu De et de Mao Zedong qui parviennent à contenir les «campagnes d’anéantissement» de Tchiang Kai-chek.

La Longue Marche (1934-1935) donne à Zhu De un rôle stratégique primordial. Or, malgré la conférence de Zunyi au Guizhou (janv. 1935) qui assure à Mao Zedong la direction du P.C.C., Zhu De choisit de suivre Zhang Guotao, en désaccord avec Mao Zedong sur le choix de l’itinéraire de la retraite. Cette séparation résulte-t-elle d’une mésintelligence ou lui est-elle dictée par la nécessité d’éviter à tout prix une scission aux implications dramatiques? Quoi qu’il en soit, Zhu De va jusqu’au Xikang inhospitalier et isolé pour ne rejoindre Mao Zedong, peut-être sous l’influence de Ren Bishi, qu’en octobre 1936. La période d’alliance entre les communistes et les nationalistes voit Zhu De à la tête de l’Armée rouge amalgamée à l’armée nationale sous le nom fameux de VIIIe armée de route; il est alors au deuxième rang du bureau politique. En 1945, outre ses fonctions au comité central du P.C.C., il commande 900 000 hommes, futur corps de bataille de la nouvelle armée de libération populaire qui va s’opposer à Tchiang Kai-chek.

Zhu De a soixante-trois ans quand le régime communiste s’établit à Pékin en octobre 1949. Le 1er octobre 1949, Mao est élu président du gouvernement central de la république populaire de Chine; son vieux compagnon d’armes Zhu De se retrouve premier vice-président du gouvernement et de la République populaire en 1954; son prestige est immense et il fait figure de remplaçant de Mao Zedong quand, en 1958, celui-ci annonce son retrait probable. Pourtant, en 1959, Liu Shaoqi, Song Qingling (Mme Sun Yat-sen) et Dong Biwu le devancent à la présidence et à la vice-présidence de la République et il ne conserve que la présidence du comité permanent du Congrès. En 1956, il visite les pays d’Europe socialiste et assiste au XXe congrès de Moscou où Khrouchtchev dénonce Staline. À cette occasion, le discours de Zhu De mentionnant favorablement ce dernier semble bien prouver que la Chine n’a pas été mise au courant du processus de déstalinisation et explique la circonspection du P.C.C. Premier des officiers généraux à accéder, en 1955, à la dignité du maréchalat, Zhu De est nommé en 1969 membre permanent du bureau politique et président du comité permanent du Conseil national populaire.

Ce personnage haut en couleur, redoutable capitaine, vainqueur de dizaines de batailles que décrit Agnès Smedley, sa biographe, a été véritablement, grâce à ses vertus guerrières, la tête et l’âme de l’Armée rouge.

Zhu De ou Chou Teh
(1886 - 1976) homme politique et maréchal chinois (1955). Il contribua à organiser l'armée communiste, qu'il commanda de 1931 à 1954. La révolution culturelle le persécuta.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Zhu Xi — Zhū​ Xī​ Zhu Xi Full name Zhū​ Xī​ Other names Courtesy Title (字): 元晦 Yuán Huì Alias (号): 晦庵 Huì Àn Born October 18, 1130(1130 10 18) …   Wikipedia

  • Zhu — (Wade Giles: Chu) ist ein traditionelles chinesisches Musikinstrument (Aufschlagidiophon), siehe Schlagkasten Zhu ist der Familienname folgender Personen: Zhu (Sun Xiu) († 265), Kaiserin der Wu Dynastie Zhu Ben Qiang (* 1979), chinesischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Zhu De — Zhu De, 1955 Zhū Dé (chinesisch 朱德, W. G. Chu Teh; * 1. Dezember 1886 in Yilong; † 6. Juli 1976 in Peking) war über viele Jahre Oberkommandierender der chinesischen Volksbefreiungsarmee und ihrer Vorläufer. Nach der Gründung der …   Deutsch Wikipedia

  • Zhu Xi — (chino: 朱熹, pinyin: Zhū Xī, Wade Giles: Chu Hsi, c. 18 de octubre de 1130 23 de abril de1200) fue un erudito chino confuciano de tiempos de la dinastía Song que llegó a ser uno de los más importantes neoconfucianos. Reconstruyó la famosa… …   Wikipedia Español

  • Zhu Fu — (朱富) is a character in the epic Chinese tale, the Water Margin .Zhu Fu was the younger brother of Zhu Gui, and he ran a restaurant. He learnt martial arts from Li Yun and was one of Li s favourite students. He was nicknamed Smiling tiger… …   Wikipedia

  • Zhu — or ZHU may refer to: Zhu (string instrument), ancient Chinese string instrument Zhu (percussion instrument), ancient Chinese percussion instrument Zhuhai Sanzao Airport ZHU is the 3 letter IATA code for the airport Zhu River, known as Pearl River …   Wikipedia

  • Zhu Xi — (chinesisch 朱熹 Zhū Xī, W. G. Chu Hsi) (* 1130; † 1200) war der bedeutendste Neokonfuzianer Chinas. Er lehrte während der Song Dynastie an der berühmten Akademie der Weißen Hirsch Grotte und war Lehrer und Berater des Song Kaisers. Zhu… …   Deutsch Wikipedia

  • Zhu — [jo͞o] river in SE China, forming an estuary between Macao & Hong Kong: c. 100 mi (161 km) * * * (as used in expressions) Cheng Zhu school Zhu Yuanzhang Zhu Di Zhu De Zhu Rongji Zhu Shijie Zhu Xi * * * ▪ musical instrument …   Universalium

  • Zhū Dā — Zhu Da Zhū Dā, peint par Huang An p ing, Musée Pa ta shan jen de Nan ch ang (détail). Zhū Dā (chin. 朱耷; Wade Giles Chu Ta; * 1625 Nanchang (Province Jiangxi); † 1705) était un peintre et calligraphe chinois du …   Wikipédia en Français

  • ZHU XI — Dans l’histoire de la pensée chinoise, Zhu Xi est le plus important des maîtres de l’orthodoxie après Confucius lui même. On lui doit la restauration moderne du confucianisme, éclipsé à partir de l’époque des Six Dynasties par les développements… …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»